Le Propane en institution ?

Le Propane en institution ?

D’expérience, une bonne conception au gaz doit prévoir, simultanément, deux types de sécurité :

La sécurité « active » par sondes et, centrale de détection (avec, le risque que la technique peut être, un jour, défectueuse – ne fut-ce que par défaut d’entretien : cas concret rencontré dans une administration !!! )

La sécurité « passive » qui vise que le gaz s’évacue « naturellement » en cas de fuite.

Le gaz naturel est plus léger que l’air, le point 2 est, par conséquent, plus facile à mettre en œuvre en créant des ventilations hautes au ras du plafond (celles-ci existent d’ailleurs, d’office, dans les vides-ventilés).

Le propane est un gaz lourd, plus lourd que l’air, il tapisse alors le sol … l’énorme danger est qu’il s’engouffre dans les vides-ventilés / sanitaires et, d’une façon générale, au niveau de l’ensemble des « points bas »… qui ne seraient même pas surveillés … !

Comme pour le LPG, je suis d’avis que les équipements, accessoires et, tuyauteries alimentés au gaz lourd n’ont pas leur place dans un bâtiment « avec des points bas » ; il suffit alors de construire un petit bâtiment technique (extérieur et, non accolé au bâtiment), en radier sur sol, équipé de grille(s) de ventilation extérieure(s) au ras du sol ; ainsi en cas de fuite de gaz, le gaz lourd s’élimine alors « naturellement » (par dilution dans l’air extérieur). La jonction « chauffage » entre ce petit local technique et, le bâtiment principal peut alors s’organiser au travers de tuyauteries enterrées dans le sol (en écartant toute possibilité d’entrée du gaz dans le bâtiment – pas de caniveau de jonction, par exemple…).

De cette façon, le point 2 est (aussi) rencontré.

Voici pour « illustrer » mes propos ; il s’agissait pourtant d’une toute nouvelle construction (2010)…

https://www.rtl.be/info/regions/liege/explosion-a-soumagne-les-dernieres-choses-qui-relient-ces-enfants-au-passe–175418.aspx

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3269722/2017/09/26/Deux-theses-s-affrontent-pour-expliquer-l-explosion-de-Soumagne.dhtml

Heusy, le 19/04/2018

Stéphane Séquaris – Ingénieur Conseil BESS Energie – Ancien Agent volontaire opérationnel de la Protection Civile de Crisnée (de 1998 à 2016 – 18 ans et, semi-professionnel attaché pendant une année au peloton  n°1 de Crisnée en spécialité NBC – Nuclear Biologic Chimic)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 9 =