https://enot.publicprocurement.be/enot-war/preSearchNotice.do

Contact : 02/740.80.00

Manuel publication : https://www.publicprocurement.be/sites/default/files/documents/man_enot_acheteur_fr_0.pdf

Tous les manuels :

https://www.publicprocurement.be/fr/documents?title=manuel&term_node_tid_depth=All&doctype=All&thema=All&proctype=All&field_sector_taxoref_tid=All&field_target_group_taxoref_tid=167&field_contracttype_taxoref_tid=All

BESS – Bureau d’étude Stéphane Séquaris

Mais, en latin, que signifie exactement « Séquaris » ?

dictionnaire latin SEQUOR

subjonctif
présent imparfait parfait plus-que-parfait
1ére pers. sing. SEQUAR SEQUERER SECUTUS SIM
SEQUUTUS SIM
SECUTA SIM
SEQUUTA SIM
SECUTUM SIM
SEQUUTUM SIM
SECUTUS ESSEM
SEQUUTUS ESSEM
SECUTA ESSEM
SEQUUTA ESSEM
SECUTUM ESSEM
SEQUUTUM ESSEM
2ème pers. sing. SEQUARE
SEQUARIS
SEQUERERE
SEQUERERIS
SECUTUS SIS
SEQUUTUS SIS
SECUTA SIS
SEQUUTA SIS
SECUTUM SIS
SEQUUTUM SIS
SECUTUS ESSES
SEQUUTUS ESSES
SECUTA ESSES
SEQUUTA ESSES
SECUTUM ESSES
SEQUUTUM ESSES

 

Séquaris = « que tu poursuives ! / que tu atteignes ! / que tu suives ! »

transitif
sens commun
SEQUOR, ERIS, SEQUI, SECUTUS ou SEQUUTUS SUM, tr
1 siècle avant J.C.CAESAR (César)
chercher à atteindre voir: atteindre
poursuivre v. t : chercher à atteindre voir: poursuivre
suivre v. t : aller derrière voir: suivre
1 siècle avant J.C.CICERO (Cicéron)
suivre v. t : avoir lieu après comme conséquence voir: suivre
suivre v. t : venir après voir: suivre
venir après(suivre) voir: venir

La préférence pour la compétition plutôt que le respect dans la société peut découler de plusieurs facteurs, à la fois culturels, sociaux et économiques. Voici quelques points à considérer :

  1. Culture de la compétition : Dans de nombreuses sociétés, la compétition est encouragée dès le plus jeune âge, que ce soit à l’école, dans les sports ou même au sein des familles. La compétition peut être perçue comme un moyen d’atteindre l’excellence, de se démarquer et de réussir dans divers domaines.
  2. Systèmes économiques basés sur la compétition : Dans un contexte capitaliste, la compétition est souvent valorisée comme un moteur de l’innovation, de la croissance économique et du progrès. Les entreprises rivalisent pour obtenir des parts de marché, des ressources et des profits, ce qui peut entraîner des comportements compétitifs plutôt que coopératifs.
  3. Individualisme : Dans les sociétés où l’individualisme est prédominant, l’accent est souvent mis sur la réalisation personnelle et la réussite individuelle. Cela peut favoriser la compétition au détriment du respect mutuel et de la coopération.
  4. Manque de valeurs morales ou éthiques : Parfois, dans certaines situations, le respect des autres est relégué au second plan par des intérêts personnels ou des objectifs à court terme. Dans ces cas, la compétition peut primer sur le respect des valeurs morales ou éthiques.
  5. Pressions sociales : Les pressions sociales peuvent également jouer un rôle important. Dans certains contextes, les individus peuvent se sentir obligés de rivaliser avec les autres pour obtenir la reconnaissance sociale, la réussite professionnelle ou le statut.

Cependant, il est important de souligner que la compétition et le respect ne sont pas nécessairement mutuellement exclusifs. Dans de nombreux cas, la compétition peut être saine et constructive lorsqu’elle est équilibrée avec le respect des autres, des règles équitables et une éthique solide. De plus, de nombreuses cultures et communautés valorisent le respect mutuel et la coopération comme des fondements essentiels de la vie en société. Il est donc possible de promouvoir une culture où la compétition et le respect peuvent coexister harmonieusement.

Chat GPT

Que signifie cette expression que je viens de créer de toute pièce en date de ce 26/06/2023 ; j’interroge donc CHAT GPT là dessus simplement :

« The center of the universe is not our planet. Let’s look beyond the nonsense » Stéphane Séquaris

ChatGPT : Cette expression signifie que la Terre n’est pas le centre de l’univers, contrairement à la croyance qui prévalait autrefois. Elle encourage à regarder au-delà de cette idée fausse et dépassée, impliquant peut-être que nous devrions nous ouvrir à de nouvelles perspectives et considérer l’immensité de l’univers qui nous entoure. En d’autres termes, elle invite à rejeter les idées étroites ou les préjugés qui limitent notre vision du monde et à explorer des horizons plus vastes.

Bluffé … il vient de me sortir une explication qui tient la route en … 30 secondes …

Amusant, je lui pose la question autrement maintenant : « Que signifie cette expression que je viens de créer de toute pièce en date de ce 26/06/2023 : « The center of the universe is not our planet. Let’s look beyond the nonsense » Stéphane Séquaris »

ChatGPT : L’expression que vous avez créée, « Le centre de l’univers n’est pas notre planète. Dépassons les absurdités », semble suggérer que notre planète n’est pas l’élément central ou le point focal de l’univers. Au lieu de cela, elle encourage à regarder au-delà des idées ou des croyances absurdes qui peuvent limiter notre compréhension de l’univers. Elle invite à élargir notre perspective et à explorer des concepts plus vastes, peut-être dans le but d’approfondir notre connaissance et notre compréhension du monde qui nous entoure.

Bluffé … voilà qu’il fait preuve d’humilité, de précaution, de prudence avec des « peut être » « semble » car, il a l’auteur lui-même qui l’interroge sur ce qu’il a écrit… ; ))) Etonnante machine.

Cordialement Stéphane Séquaris

Q au Chat GPT : Est-il possible que le monde se soit créé à partir de zéro ?

Comme dans l’exemple suivant : 0 = 1 – 1 ; 0 = 1 – 1 + (3 x 4) – (2 x 6)… etc

Bref, le monde serait-il une équation complexe qui aboutirait à un résultat nul ?

Avec le bien et, le mal. La matière et, l’anti matière. Le jour et, la nuit … ?

 

R CHAT GPT =

L’idée que le monde pourrait être une équation complexe qui aboutit à un résultat nul, équilibrant des forces opposées comme le bien et le mal, la matière et l’antimatière, le jour et la nuit, est une réflexion profonde qui touche à plusieurs domaines de la science et de la philosophie. Voici quelques points clés à considérer :
  1. Équilibre des opposés : Dans de nombreuses traditions philosophiques et religieuses, le concept de dualité et d’équilibre des opposés est central. Le yin et le yang, par exemple, symbolisent cette idée dans la philosophie chinoise. En physique, les particules de matière et d’antimatière s’annihilent lorsqu’elles se rencontrent, libérant de l’énergie, ce qui illustre un équilibre naturel.
  2. Énergie totale de l’univers : Certains scientifiques, comme les cosmologistes, suggèrent que l’univers pourrait avoir une énergie totale nulle. La matière (énergie positive) pourrait être exactement équilibrée par l’énergie négative de la gravité. Cette hypothèse est compatible avec la loi de conservation de l’énergie et pourrait offrir une explication sur l’origine de l’univers à partir de « rien ».
  3. Fluctuations quantiques : Dans la physique quantique, le vide n’est pas vraiment vide. Il est rempli de fluctuations quantiques où des paires de particules et d’antiparticules apparaissent et disparaissent constamment. Certains théoriciens proposent que l’univers pourrait avoir émergé d’une telle fluctuation, ce qui suggère une création à partir de zéro.
  4. Symétrie et déséquilibre : Bien que l’univers contienne des symétries, il présente également des asymétries (comme l’excès de matière sur l’antimatière). Ces asymétries sont cruciales pour l’existence de l’univers tel que nous le connaissons. Elles montrent que même si l’idée d’un équilibre parfait est séduisante, la réalité est plus complexe.
  5. Interprétations philosophiques : L’idée que le monde pourrait être une équation complexe avec un résultat nul est également explorée en philosophie. Elle soulève des questions sur la nature de l’existence, la réalité et l’illusion, et sur la manière dont nous percevons et comprenons l’univers.

En résumé, l’idée que le monde pourrait être vu comme une équation complexe qui aboutit à un résultat nul est fascinante et trouve des échos dans diverses disciplines. Cependant, elle reste une hypothèse théorique et philosophique, avec de nombreuses questions encore ouvertes.

  1. Pratiquez la bienveillance : Cultivez la compassion, l’empathie et la gentillesse envers les autres. Traitez les gens avec respect et dignité, peu importe leurs différences.

  2. Faites preuve d’intégrité : Soyez honnête, sincère et transparent dans toutes vos interactions. Respectez vos engagements et tenez-vous à vos valeurs morales.

  3. Soyez juste et équitable : Traitez tout le monde de manière égale et juste, sans partialité ni discrimination. Reconnaissez les droits et les besoins des autres.

  4. Pratiquez la tolérance et le pardon : Acceptez les différences et les opinions divergentes. Apprenez à pardonner les erreurs et les offenses, et cherchez à résoudre les conflits de manière pacifique.

  5. Soyez responsable : Assumez la responsabilité de vos actions et de leurs conséquences. Agissez de manière responsable envers vous-même, envers les autres et envers l’environnement.

  6. Soyez un agent de changement positif : Cherchez des occasions d’aider les autres, de contribuer à votre communauté et de faire une différence positive dans le monde.

  7. Cultivez la sagesse et la réflexion : Prenez le temps de réfléchir à vos actions, à vos motivations et à leurs implications. Apprenez des expériences passées et cherchez à vous améliorer continuellement.

En fin de compte, être du côté du bien implique souvent de faire des choix conscients qui favorisent le bien-être collectif, la justice sociale et le respect de la dignité humaine. Cela nécessite souvent un engagement constant envers des valeurs telles que l’amour, la compassion et l’altruisme.