16/01/2019

CNG : oui mais, la Wallonie est à la traîne par rapport à la Flandre qui a couvert intégralement son territoire. Quelques pompes en Wallonie …

Extrait de l’article de la RTBF en date du mercredi 05 septembre 2018 ://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/enquetes/detail_stations-cng-des-pompes-sans-carburant?id=10011327  « Il y a actuellement une centaine de pompes CNG en Belgique : 83 en Flandre et 17 en Wallonie. Mais aucune dans les provinces de Luxembourg et de Liège. Voilà qui fâche de nombreux automobilistes qui doivent faire des détours importants pour s’approvisionner en carburant. C’est le cas d’Eric Bizzaro, un de nos téléspectateurs, qui habite à Herve. Il doit faire 80 kilomètres aller-retour jusque Tongres pour faire le plein. A « On n’est pas des pigeons », nous avons finalement trouvé deux pompes CNG en province de Liège mais… impossible d’y remplir son réservoir. » 

BIODIESEL : belle alternative mais … il faut faire son plein en France. Rien de ce côté en Wallonie.

LPG : DACIA équipe d’usine,  de mémoire, pour 300 euro à peine toute sa gamme mais ce, uniquement en France… OPEL a bien la MOKKA équipée en LPG d’usine (avec soupapes renforcées et, surtout, une précieuse garantie d’usine !).

La PILE à COMBUSTIBLE : cette technologie est « au tout début »; bien qu’il s’agisse vraisemblablement de l’avenir bien plus que la batterie pour stocker les surplus d’énergie électrique de la production verte… Quoiqu’il en soit, le combustible demeure l’hydrogène et, cela peut effrayer les moins téméraires … Exemple : Toyota Mirai

Bref, il reste à aller faire son plein Diesel au Luxembourg … , j’habite à Verviers … Ce n’est pas « très écolo » non plus …mais « c’est çà l’Europe : une économie à plusieurs vitesses … »  : )

 

 

20/01/2019

Ouragans, sécheresses, inondations, feux gigantesques, fonte des glaces, la planète est attaquée de toutes parts. Depuis le mercredi 2 août 2018, l’humanité vit à crédit. A cette date, elle a consommé en seulement sept mois toutes les ressources que la Terre pouvait produire en une année. Depuis quelques mois à peine, le discours des scientifiques s’est durci. Sous l’effet du changement climatique, de la croissance démographique et de la consommation accrue des ressources naturelles, la planète a atteint son point de rupture. Les prédictions de plus en plus alarmistes sont-elles exagérées ? L’Homme peut-il encore sauver son propre avenir et la planète Terre ? Alors que la Cop24 se tient à Katowice, un état des lieux de la planète est dressé. J A.

Partie 1 :

Partie 2 :